Family Group Sheet


Name Paolo Geronimo ROMANETTI
Birth 2 Jul 1818, Alata, Corse-du-Sud, Corse, France3,13
Birth Memo acte n° 26. 6MI 6/8 image 60/132
Residence 1851, Paris, Ville-de-Paris, Île-de-France, France
Reside Memo 53, rue de Sèvres (6ème arr.)
Residence 1857, Ajaccio (Aiacciu), Corse-du-Sud, Corse, France621,622
Reside Memo en prison, pour une raison à rechercher ?
Residence 4 Aug 1884, Paris, Ville-de-Paris, Île-de-France, France
Reside Memo 52 boulevard de la Tour-Maubourg (7ème arr.)
Death 11 Dec 1892, Alata, Corse-du-Sud, Corse, France515
Occupation officier d’administration comptable à l’hôpital militaire d’Ajaccio (1848), propriétaire
Alias/AKA Paulo Geronimo, Paul Jérôme
Nickname Albert (dans sa vie politique)623
Father Francesco Angelo Matteo ROMANETTI (1790-1823)
Mother Paola Francesca POZZO DI BORGO (ca1785-1868)
Misc. Notes
- Paul Jérôme participa à la Révolution de 1848, et à la Commune de Paris en 1871.

Essai de synthèse chronologique - Sources 624, pages 430-431. 625, page 118.

- Parmi les Fonctionnaires et Délégués de la Commune : ROMANETTI était Corse et cousin germain de Louis BLANC (1811-1882).
Il était en prison pour dettes, lorsqu’ arriva la révolution de 1848, qui le délivra.

- En 1848, il parvint à se faire nommer officier d’administration comptable à l’hopital militaire d’Ajaccio.
Les Archives Départementales de la Corse du Sud possèdent, en Série F, une lettre de Paul-Jérôme, rédigée de Paris le 30 mars 1848, et adressée aux Citoyens Membres du gouvernement provisoire de 1848, réclamant l’amnistie en faveur du banditisme. 626 , pages 27 à 31.

- Mais le général commandant la subdivision (d’Ajaccio) le mit aux arrêts pour avoir porté un sabre d’officier général : c’était celui du duc de Nemours qu’il avait pris aux Tuileries en février 1848. 627 , page 2.

- Relevé de son grade et révoqué de ses fonctions, il obtint sur la cassette civile de Napoléon III une pension de 150 francs par mois, par l’entremise du premier chambellan, le comte de BACCIOCHI qu’il avait été solliciter à Paris.

Son inconduite l’obligea à se réfugier et à vivre, tant bien que mal, à Londres, où il devint un des familiers de Louis BLANC - dont la mère était sa tante - jusqu’au jour où la chute du régime impérial le priva de moyens d’existence.

- Après la révolution du 4 septembre 1870, ROMANETTI revint alors à Paris pour se jeter dans l’insurrection dont il devint l’un des chefs.

- Paul-Jérôme ROMANETTI, général de guerre civile, autoproclamé <<ministre de la guerre >> le 18 mars 1871, en réalité chef d’une bande qui opérait dans l’aristocratique faubourg Saint-Germain qu’elle parcourait torches au poing, sauva du pillage et de l’incendie l’hôtel Pozzo di Borgo 51, rue de l’Université, en hurlant : Halte ! Immeuble à préserver.
Il s’était souvenu que les Pozzo di Borgo étaient Corses, comme sa famille d’Alata, et que leur générosité s’était étendue jusqu’à lui 111 ,pages 297-298.

En outre, grâce aux filiations reconstituées, on remarquera simplement que Paul-Jérôme ROMANETTI était le beau-frère de Giovan Santo (Jean Toussaint) GIOVANNAÏ (1806-1878), alors régisseur de la maison POZZO DI BORGO, et qu’il a donc épargné l’hôtel de Soyecourt appartenant à la Famille POZZO DI BORGO à laquelle il était allié.

- En août 1884, Paul-Jérôme ROMANETTI a assigné en justice Alexandre MARTIN (1815-1895), dit Albert l’ouvrier, Député (1848), ancien membre du gouvernement provisoire (24 férier 1848), pour lui faire défense de continuer de s’arroger ce nom d’Albert auquel, d’après son dire, ce dernier n’avait aucun droit.
Se disant alors directeur du personnel au Ministère de la Guerre, Paul-Jérôme ROMANETTI a prétendu également avoir été arrêté par MARTIN, en 1871, mais être heureusement parvenu à s’évader.

Face à ses accusations, Alexandre MARTIN a répliqué en estimant que son assignataire est un fou (sic), qu’il n’a rencontré que deux fois :

. Quelques jours après la révolution de 1848, (ROMANETTI) est venu me solliciter, et c’est grâce à mon intervention qu’il a été nommé alors directeur de l’hôpital militaire d’Ajaccio.

. Je l’ai revu en 1857, à la prison d’Ajaccio, où j’étais interné pour délit politique, (ROMANETTI) s’y trouvait aussi pour “ je ne sais quel motif “ (sic). 621 pages 526 et 527 ; 622 , page 4.

ROMANETTI fut finalement débouté de sa demande et condamné à 3000 fr de dommages-intérêts.

- Biographie in Dictionnaire Biographique du Mouvement Ouvrier Français623, page 337.

- “ Un carbonaro corse : Jérôme ROMANETTI “, in “ Le Petit Bastiais “ - Bastia 29-30 octobre et 22 novembre 1934.
Marriage 2 Oct 1851, Paris, Ville-de-Paris, Île-de-France, France103
Marr Memo 1er arr.
Marriage Contract 25 Sep 1851, Paris, Ville-de-Paris, Île-de-France, France240,515
Marr C Memo In les registres du notaire Marie Isidore MEIGNEN (étude LIV), 370 rue Saint Honoré, Paris (1er arr.), Cote répertoire Cote : MC/ET/LIV/1469, au CHAN.
Spouse Anne JOHNSTON
Residence 1851, Paris, Ville-de-Paris, Île-de-France, France
Reside Memo 18 rue d’Astorg (8ème arr.)
Occupation rentière (1851)
Father James Zealey JOHNSTON (-<1851)
Mother Na NN
Other spouses Joseph PYM
Children
1 M Auguste ROMANETTI
Birth ca 1852
Last Modified 22 Sep 2016 Created 14 Jul 2017 using Reunion for Macintosh

Contents · Index · Surnames · Contact
Copyright ©1962-2017, Pierre F. CASALONGA, All Rights Reserved - Worldwide
These informations are provided for the free use of those engaged in non-commercial genealogical researches. Not only a commercial use, but a publication, anyhow and anywhere, without mention of THE original SOURCES, or without our written permission (in case of a particular request exceeding an exclusive private use), are strictly prohibited.